Facebook condamné en justice

Sylvain Actualités 0 commentaire(s) 89 vue(s)

Facebook condamné en justice

La Federal Trade Commission américaine vient de condamner Facebook à verser une amende de 5 milliards de dollars. Cette information qui aurait fait chuter le cours de bourse de n'importe quelle entreprise, est passée presque inaperçue tant elle n'a aucune incidence financière sur un groupe qui a généré 22 milliards de dollars de bénéfice en 2018. Le plus ennuyeux pour le géant des réseaux sociaux est probablement l'obligation qui lui est désormais faite d'autoriser un contrôle indépendant de la façon dont le groupe traite les données personnelles de ses abonné·e·s.

Que reproche-t-on à Facebook ?

Le prononcé de jugement résulte d'un accord à l'amiable entre l'autorité fédérale de régulation et la société de Mark Zuckerberg. Le P.D.G. de Facebook est ainsi désormais tenu personnellement garant du respect de la vie privée des membres du réseau social. Ce dernier est en effet accusé d'avoir induit en erreur ses utilisateurs en matière de contrôle de leurs informations personnelles. Non seulement son autorité décisionnaire sur cet aspect réglementaire est relevée au profit d'un comité indépendant qui supervisera les choses, mais Zuckerberg est contraint dorénavant à certifier personnellement, chaque trimestre que son entreprise se conforme au nouveau règlement.

Qu'est ce qui change concrètement pour l'utilisateur ?

Avec plus d'un tiers de la population mondiale qui détient un compte sur Facebook, cette décision est importante, parce qu'elle dessine peut-être les prémisses d'un cadre réglementaire en matière de protection des données sur le web. A l'heure du clic facile et irréfléchi validant de longs paragraphes de dispositions générales que personne ne se donne la peine de lire, la décision de la FTC vient à point nommé. Assiste-t-on à une prise de conscience des dérives de ces géants du web dont le développement a été tellement rapide dans un monde inconnu et novateur donc dénué de règles et de lois adaptées ? C'est possible si l'on se réfère à l'enquête diligentée le 23 juillet dernier par le Département de la Justice des Etats-Unis qui vise à évaluer les conséquences (néfastes?) de la montée en puissance des GAFA.